EmploiTogo.INFO

La Plateforme des opportunités au TOGO

Le WiLDAF-AO recherche un consultant

DEVELOPPEMENT DES OPPORTUNITES ECONOMIQUES DES FEMMES RURALES PAR UN RENFORCEMENT DE LEUR POUVOIR D’AGIR DANS LA FILIERE LAITIERE LOCALE ET LA GOUVERNANCE FONCIERE (DGD)

global trade corporate promo

TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D’UN REPORTAGE VIDEO SUR LES RESULTATS DE L’ETUDE SUR L’IMPACT DU COVID-19 SUR LES ACTIVITES ECONOMIQUES DES FEMMES

Les présents termes de référence répondent à l’objectif de recruter un consultant pour la réalisation d’un reportage afin de diffuser les résultats de l’étude portant sur l’impact du COVID-19 sur les activités économiques des femmes dans le cadre du programme DGD.

L’Afrique de l’ouest, comme les autres régions d’Afrique et du monde font face à la crise du COVID 19. Elle entraine des conséquences sur les personnes marginalisées (les âgés, les jeunes et les femmes), les ménages pauvres, les personnes sous-alimentées et les habitants des zones rurales reculées qui mènent depuis des années une vie de subsistance précaire au jour le jour et ont des problèmes d’accès aux services sociaux de base notamment la santé.

Une simple observation fait prendre conscience que les femmes se retrouvent doublement impactés dans cette crise : Elles se retrouvent en première ligne, et exposées à l’infection étant donné leur rôle dans les soins de santé au niveau familial, communautaire et professionnel.

Des plans de prévention et réponse, et des analyses sectorielles sur l’impact direct et indirect du COVID 19, sont en cours et ne tiennent pas compte de manière systématique des besoins spécifiques des femmes.

Par ailleurs, les moyens d’existence de femmes dérivés majoritairement de l’économie informelle et du secteur agroalimentaire, souffrent des mesures mises en place pour contrer la pandémie et entravent leur activité. Les impacts directs sont relatifs à la baisse ou l’absence de revenus critiques pour répondre aux besoins de la famille en nourriture et santé, mais aussi un impact très important dans la production, transformation et la commercialisation des produits alimentaires.

C’est au regard de ces réalités que le WiLDAF-AO a commandité  dans le cadre du Programme de développement des opportunités économiques des femmes par le renforcement de leur pouvoir d’agir dans la filière laitière et la gouvernance foncière (DGD), une étude sur les incidences du COVID-19 sur les productrices laitières et agricoles, afin de collecter les attentes des femmes, les bonnes pratiques et leçons apprises, mais aussi de faire des recommandations aux autorités inspirées des attentes des femmes.

Lire aussi :  Des ouvriers Qualifiés-07/12/2020

Aux termes de l’étude, nous avons aujourd’hui des résultats qui attestent que le COVID-19 a largement impacté les activités économiques des femmes. Au titre de l’expression des difficultés auxquelles les femmes ont été confrontées, on note le ralentissement voir l’arrêt des activités de la production (surtout de collecte et de transformation de lait) ; la pénibilité de remboursement des crédits contractés auprès des IMF se traduisant par le dépassement des délais de remboursement ; la mévente ; l’endettement ; le manque de moyens pour poursuivre les activités de production et de vente ; la rupture d’emballages et l’arrêt des livraisons de lait et la réduction des parts de marchés.

Il en ressort comme conséquences, la perte de revenu ; la mise au chômage des employés ; l’affaiblissement du pouvoir économique ; la perte de fonds de roulement ; la baisse du pouvoir d’achat ; l’incapacité d’assurer les charges (alimentation, santé scolarité des enfants) au niveau familial et de fonctionnement ; la perte de l’équilibre financier déjà bien fragile ; la baisse de la qualité de vie ; la baisse de la solidarité et de la cohésion sociale.

Aussi, au regard de ces difficultés, les femmes ont exprimé leurs attentes vis-à-vis des décideurs en demandant l’implication de tous les acteurs potentiels (Etat, ONG, institutions de micro finance, etc.) pour les aider à sortir de ce marasme causé par la COVID-19. Ainsi, les attentes formulées sont les suivantes :

  • La création d’un fonds adapté aux filières ;
  • Le renforcement des unités de transformation avec les techniques de transformation et de conservation plus durable ;
  • L’appui pour la transformation de produits de longue conservation (produits laitiers UHT et fromages) ;
  • S’équiper avec du matériels adaptés ;
  • Former les acteurs sur la résilience face aux pandémies comme la maladie à corona virus ;
  • Un soutien pour l’élaboration et la mise en place d’une stratégie de prévention des risques ;
  • octroi de crédits à long et à court terme à taux réduit au profit des femmes rurales ;
  • Formation en développement de projets pour avoir des financements ;
  • Mise en place un fonds de roulement pour le compte de chaque organisation paysanne.
Lire aussi :  UNE ASSISTANTE DE DIRECTION

Dans l’optique de diffuser ces résultats et de porter les préoccupations des femmes rurales  devant les autorités nationales, le WiLDAF-AO prévoit de faire un reportage vidéo afin dans 4 pays à savoir le Togo, le Bénin, le Mali et le Burkina Faso. Ces quatre (4) pays sont choisis en raison de notre engagement dans le cadre du programme DGD pour le plaidoyer au niveau régional.

Le contenu vidéo comprendra des séquences d’interview interactives où les femmes rurales s’exprimeront par rapport aux résultats de l’étude et feront des interpellations aux décideurs nationaux. Aussi, la parole sera donnée auxdits décideurs ci-possible afin qu’ils s’expriment sur la question.

Objectif Général

Contribuer à mitiger l’impact du COVID-19 sur les opportunités économiques des femmes rurales dans la sous-région ouest africaine notamment le Togo, le Bénin, le Mali et le Burkina-Faso.

Objectifs spécifiques

  • Faire connaître les résultats de l’étude sur l’impact du COVID-19 sur les activités économiques des femmes ;
  • Recueillir l’opinion des femmes rurales par rapport aux résultats de l’étude et leur offrir l’opportunité de formuler des attentes à l’endroit des décideurs ;
  • Porter les attentes des femmes aux autorités nationales et obtenir leurs engagements.

Méthodologie

Le travail se fera en deux phases sous forme d’entretiens filmés et ouverts avec les femmes et les décideurs.

Des questions posées aux femmes vont permettre de recueillir leur avis par rapport à l’étude ainsi que leurs interpellations à l’endroit des décideurs au Togo, au Bénin, au Burkina Faso et au Mali.

Dans un deuxième temps, après leur avoir fait visionner les préoccupations des femmes, une deuxième série d’entretiens filmés donnera la parole aux autorités nationales afin qu’ils s’expriment par rapport aux attentes des femmes rurales.

Un montage des entretiens avec les femmes permettra d’obtenir une vidéo de 8 minutes. A la fin de l’entretien avec les décideurs, un montage des deux séries d’entretiens sera entrepris pour obtenir une vidéo de 16 minutes.

 

 

Lire aussi:

2 Stagiaires Secrétaires comptables-27/11/2020

Un Stagiaire section production-27/11/2020

Le cabinet GLOBAL STRATEGIC  MANAGEMENT ET INNOVATION recrute

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.